13 juin 2007

Zéro à Roy Pearson, un juge américain...


Franchement, à quoi ça rime ! Quelle mouche a piqué ce juge pour en arriver à de telles extrémités… L’affaire remonte à deux ans… Roy Pearson s’en va déposer des vêtements à la blanchisserie de la famille Chung à Washington DC. Petit problème lorsqu’il reçoit son lot de vêtement. Il manque une paire de pantalons. Roy Pearson n’est pas content. Mais alors pas content du tout. On a paumé son beau pantalon à rayures bleues et rouges. Le juge demande qu’on lui rembourse le pantalon. Mille dollars. Une semaine plus tard, les Chungs ont retrouvé le pantalon. Sauf que Roy Pearson affirme que ce n’est pas le sien et il réclame des intérêts supplémentaires… Il refuse les offres de dédommagements des blanchisseurs : 3 mille, 4 mille 600, 12 mille… pas question… Les choses s’emballent. Et l’Amérique tout entière se passionne pour une affaire qui prend des proportions étonnantes. Car, au final,Pearson réclame 65 millions de dollars aux pauvres blanchisseurs coréens. Vous avez bien lu, 65 millions de dollars. Le juge particulièrement bien informé en matière de droit applique, à la lettre, une loi sur la protection du consommateur à Washington qui impose 1500 dollars par jour et par violation de cette protection. Pearson a dénombré 12 violations sur 1200 jours et a multiplié le tout par nombre des mempbres de la famille Chung impliqué dans la blanchisserie, c’est à dire trois. En clair ça nous fait 65 millions. Notez que Roy Pearson a sans doute vu qu’il avait été trop loin puisque depuis le 30 mai, il ne réclame plus que 54 millions… Si je vous parle de cette affaire aujourd’hui, c’est que le procès a débuté, hier… Très fort d’ailleurs, puisque le juge a éclaté en sanglots lorsqu’il a expliqué toute la frustration qu’il a vécue après avoir perdu son pantalon. Pour défendre sa position, le juge met en avant le fait qu’il y a tromperie sur la marchandise, en effet sur la devanture du magasin des Chungs, sont apposés deux écriteaux « Satisfaction garantie » et « Service d’égale qualité ». C’est du mensonge affirme Pearson. Notons que depuis, par mesure de précaution, les Chung ont retiré les panneaux décriés… Pauvre Chungs, aujourd’hui, ils sont détruits par cette affaire. Ils ne mangent plus, ils ne dorment plus… Ils pensent rentrer chez eux en Corée. Dégoûtés par la situation. Au-delà de la somme complètement stupide. Il y a aussi la procédure. Deux ans de poursuite. Des heures d’enquête. Des centaines de pages de dossiers. Tout cela pour une paire de pantalons perdue. Et dire que tout cela a été enclenché pour un travail qui devait coûter une dizaine de dollars… On croit rêver. Il y en a qui sont vraiment à côté de leurs marones…

5 Comments:

At 7:13 PM, Anonymous Anonyme said...

paire de pantalons ou paire de jambes de pantalon... 1 pantalon ou 2?

 
At 7:53 AM, Blogger TDupiereux said...

Après vérification, il s'agirait d'un pantalon et non d'une paire. Dès lors, le montant de 65 millions de dollars est encore plus surfait...

 
At 8:29 AM, Anonymous Anonyme said...

Lectrice avait donc bien lu.

 
At 3:46 PM, Anonymous Anonyme said...

pourrait-on connaître le verdicte
quand il sera prononcé ? merci

 
At 8:24 PM, Blogger ploum said...

Hello,
le verdict est tombé : le juge a été débouté et les blanchisseurs toucheront 1000 dollars de frais de justice.
Il serait possible qu'ils soient dédommagés des frais d'avocats, mais cela doit être examiné.
D'autre part, pas mal d'Américains voulaient aider ces commerçants à faire face aux frais de justice.

En attendant, le juge a du aller se rhabiller et le débat sur le problème des procès idiots est relancé aux Etats-Unis...

 

Enregistrer un commentaire

<< Home